compositeur

 

châhâr robâïat (2013)

pour mezzo-soprano, rubab, darbuka, qanun et kamancheh

sur des quatrains d'Omar Khayyâm (chantés en persan)

Durée: 6'

 

Création

Lugano, le 10 février 2014, 20h30 (Studio 2 RSI)

Concert de l'ensemble KHALED ARMAN

- Mezzo-soprano: Mashal Arman

- Rubab: Khaled Arman

- Darbuka: Siar Hashimi

- Qanun: Aroussiak Guévorguiam

- Kamancheh: Varinak Davidian

Robâï 51

Mâ lo3batakânim-o-falak lo3bat bâz

Az rou-yé haghighati, na az rou-yé madjâz

Bâzitché hami konim bar nat3-é vodjoud

Raftim bé sandough-é 3adam, yek yek bâz

 

Robâï 6

Tâ key ramé ân khoram ké dâram yâ na

Vin 3omr békhoshdéli gozâram yâ na

Por kon ghada-hé bâd-é ké maèloumam nist

Kin dam ké forou baram bar âram yâ na

 

Robâï 71

Dârandé tcho tarkib-é tabâ-yé ârâst

Az bahr-é tché afkandash andar kam-o-kâst

Gar nik âmad chékastan az bahr-é tché boud

Var nik neyâmad in sovar eyb kérâst

 

Robâï 101

Ey dél hamé asbâb-é djahân khâsté guir

Bâr-é tarabat bé sabzé ârâsté guir

Vângah bar ân sabzé shabi tchoun shabnam

Benshasté-o-bâmdâd bar khâsté guir

 

transcription phonétique du persan:

Novine Movarekhi

 

En vérité très exacte et non point par métaphore

Nous sommes des marionnettes dont le Ciel est le montreur:

Sur le théâtre du Temps nous faisons trois petits tours,

Puis retombons tour à tour dans la boîte du Néant.

 

 

Vais-je longtemps dans la peur de l'indigence languir,

Prendre souci du malheur ou du bonheur à venir?

- Donne à boire, bel enfant, - moi qui ne peux même dire

Si ce souffle que j'inspire je l'exhalerai vivant!

 

 

Agenceur des éléments, pourquoi le Maître du monde

Voue-t-il à la destruction ces assemblages d'atomes?

Si ces formes étaient belles et bien conçues, pourquoi donc

Les désunir? Et sinon... et sinon, à Qui la faute?

 

 

Prends, mon coeur, le cours des choses pour conforme à ton vouloir

Et pour constellé de roses les parterres de ta joie:

Rien d'autre parmi ces fleurs toi-même qu'une rosée

Pendant une nuit posée que vaporise l'aurore!

 

numérotation et traduction de Gilbert Lazard