compositeur

 

Escapes (2012)

pour trois violons, trois percussionnistes, hautbois, clarinette et saxophone

Commande de la Haute École de Musique de Genève et du fond stratégique HES-SO pour la recherche

 

Commande faisant partie du projet Gestuaire, lui-même inscrit dans le cadre d'une vaste recherche

sur le geste musical initiée par le GEM (Geneva Emotion and Music Lab - anciennement: GERMM)

Durée: 15'

 

Création

Genève, le 25 septembre 2012

- hautbois: Violaine Dufès, clarinette: Marine Wertz, saxophone: Kevin Juillerat

- percussions: Alexandra Bellon, Claire Defet et Jeanne Larrouturou

- violons: Anne Balu, Hélène Conrad et Timothée Weiss

- direction: Elena Schwarz

Présentation d'Escapes" lors du colloqueInternational "Music, gestures and emotions" à Genève, le 4 juin 2013:

 

La composition d'Escapes s'insère dans un projet de recherche liant la HEM de Genève et le CISA. Nommé «Gestuaire», ce projet vise à comprendre mieux les implications émotionnelles liées à un processus musical, que ce soit chez le compositeurs, les musiciens ou les auditeurs.

Etant destinée d'abord à être un terrain pour cette étude, en accord avec les chercheurs du CISA il a été décidé que l'oeuvre d'adresserait à des groupes instrumentaux très dissociés: 3 instruments à vents, trois violons et trois percussionnistes. L'idée de base étant de mettre en scène différents types de gestes musicaux extrêmement variés et d'en mesurer (dans un sens tout à fait scientifique) leurs implications émotionnelles. En tant que compositeur j'ai tenté d'intégrer cette problématique dans un projet purement musicale et de l'intégrer dans une dramaturgie.

Escapes est une suite de 9 mouvements de caractères différents, impliquants des gestes, des manières «d'occuper le temps» qui changent de nature d'un mouvement à l'autre. Cependant, un geste «refrain» reviens régulièrement: un la froidement répété, métrique, sans intention. Les autres mouvements tenteront, chacun à leur manière, d'échapper à ce découpage neutre du temps: une cadence expressive et passionnée entre un violon et le hautbois, une fuite en avant mettant en scène le marimba et la clarinette, un tissu contrapuntique chaleureux des violons et des vents... Des éléments issus d'oeuvres du passé viennent également enrichir le matériel de l'ensemble: le début de l'Adagio en sol mineur de J.S.Bach (joué par Anne Balu précédemment dans ce concert), ainsi qu'une citation du «Tombeau pour Mr. de Sainte Colombe le père» de Mr. de Sainte Colombe le Fils.

Puis différents caractères se superposent: dans le huitième mouvement chaque groupe instrumental occupe le temps à sa manière: les vents expriment un choral de nature très calme, les percussion tissent un réseau de rythmes fins mais dynamiques, les violons eux se lancent dans une contrepoint dansant rapide et presque baroque.

A la fin du neuvième mouvement, la scansion froide du «refrain» se superpose au gestes pathétiques de la citation de Sainte Colombe. C'est dans cette opposition ultime et non résolue que se termine Escapes.

Presentation of "Escapes" in the International Colloquium"Music, gestures and emotions" Geneva, June 4th, 2013:

 

Escapes is part of a research project linking the Geneva University of Music and the NCCR Affective Sciences. Named "Gestuaire", this project aims to better understand the emotional implications of musical processes, whether it be for composers, musicians or the public.

In collaboration with researchers from the NCCR, it was decided that the work should be written for three dissociated instrumental groups: three wind instruments, three violins and three percussionists. The basic idea was to stage different types of extremely varied musical gestures and to measure their emotional implications, in a scientific sense.

My work as a composer was to incorporate this question into a purely musical project, and to integrate it into a narrative.

Escapes is a set of nine movements of different characters, with gestures and ways of handling the temporality which change from one movement to another, in which a refrain - a coldly repeated A - returns regularly. The other movements attempt, each in their own way, to escape this neutral articulation of time: an expressive and passionate cadence between violin and oboe, a reckless rush featuring marimba and clarinet, a warm contrapuntal texture shared by the violins and the winds ... Elements from the past also enrich the piece: the beginning of the Adagio in G minor by J.S. Bach and a quote from the " Tombeau pour Monsieur de Sainte Colombe le père " by Monsieur de Sainte Colombe le Fils.

Then different characters overlap: in the eighth movement each instrumental group occupies the time in its own way. The winds express a quiet chorale, the percussion weave a network of fine but dynamic rhythms, while the violins embark on a dancing rapid and almost baroque counterpoint.

At the end of the ninth movement, the cold scansion of the refrain is combined with the pathetic gestures of the quote from Sainte Colombe. It is in this last unresolved opposition that concludes Escapes.